Newsletter





Les problèmes de calcaire


La nécessité de réduire la dureté de l'eau par échange d'ions est la forme la plus courante de traitement de l'eau. Une eau dure est créée lorsque de l'eau de pluie naturellement douce pénètre à travers des couches de roches souterraines et dissout de nombreux solides, notamment le calcium et le magnésium. Il existe donc de nombreuses régions où l’eau d’alimentation contient une quantité importante de ces sels. C'est ce qu'on appelle l'eau dure. En raison des dépôts durs générés, lorsque ce type d'eau est utilisé dans de nombreuses applications.


Plus comme le béton, formant un revêtement épais lors de l'ajout d'échange de chaleur, les minéraux durs laissés nuisent considérablement. Les dépôts sont souvent source de problèmes à l'intérieur des chaudières, des réservoirs, des tuyaux des machines, etc...

Les problèmes se retrouvent aussi dans la performance des savons et des détergents. Cela augmente non seulement le niveau de dépôts dans les systèmes et les équipements, mais ajoute, également, des déchets chimiques de manière significative rejetés dans nos systèmes d'égouts.


L'autre problème majeur créé par l'accumulation de tartre est l'effet isolant du dépôt. Ceci augmente la réduction d'énergie dans l'efficacité de tous les systèmes d'échange de chaleur en raison des coûts et peut en outre créer une surchauffe de la surface sans rapport avec la source de chaleur, provoquant ainsi une défaillance prématurée.







Les solutions


Un moyen économique de résoudre ces problèmes consistent à éliminer les sels minéraux durs dissous de l’eau, en les échangeant contre des sels doux "qui sont plus solubles à haute température et ne forment donc pas une couche calcaire".


Notre large gamme d'adoucisseurs d'eau entièrement automatiques, fonctionnant selon un procédé appelé échange d'ions, passant dans une colonne de résine échangeuses de haute qualité à l'intérieur d'un récipient sous pression. L'eau dure récupère les ions calcium et magnésium de la solution et les échange contre du sodium lorsque la résine est sur le point de s'épuiser, l'adoucisseur commence la phase de régénération qui est déclenchée par une minuterie ou un contrôle du volume.


La régénération réelle est obtenue lorsque l'adoucisseur aspire une solution d'eau salée ordinaire (saumure) dans les ions calcium et magnésium capturé et les remplace par les ions sodium dans la saumure. Au cours de la période de régénération, les eaux de rinçage utilisées ne durent pas plus 60 à 120 minutes en fonction de la taille de l'adoucisseur et peuvent être répétées autant de fois que nécessaire pendant plusieurs années sans perte significative de performance






Premièrement, pourquoi traiter l'eau? À moins que l' eau de source ne soit extrêmement dure (15 grains par gallon ou plus), le traitement vise probablement à protéger l'installation contre le calcaire de l'eau dure qui bouche les tuyaux, ruine les appareils de plomberie, raccourcit la durée de vie du chauffe-eau / chaudière et cause des problèmes de lessive. Si plus de 15 grains, il peut y avoir un cas pour adoucir l'eau pour le confort des clients dans des installations haut de gamme, bien que les commentaires négatifs des clients sur la «sensation glissante» ne sont pas rares. Une habitude vraiment gaspilleuse et coûteuse consiste à traiter toute l'eau d'une installation lorsque, si le traitement est justifié, ne traiter que l'eau du côté chaud est le seul avantage pour le propriétaire. Cela réduirait tous les coûts de 50% ou plus.




Installateurs certifié


Ce badge est dédier : Pour les professionnels plaçant nos adoucisseurs d'eaux pour un circuit "POE" et "POU" dans les résidences domestique.

Sur une installation sûre, suivant les normes de conformité aux codes et des connaissances générales d'installation du traitement de l'eau.










Entretenir son adoucisseur d'eau


Les bons adoucisseurs d'eau ne sont pas bon marché. Donc, ils doivent être entretenus correctement. Un bon entretien implique aussi de remplir le réservoir de saumure avec le bon type de sel.

En effectuant périodiquement un bilan de santé de votre adoucisseur d'eau, vous continuerez à le faire fonctionner correctement.


plan de maintenance dES ADOUCISSEURS D'EAU


Le plan de service annuel est disponible pour tous les adoucisseurs d’eau particulier, quel que soit leur installateur. Le coût est de 72,80 € par an ou 6,07 € par mois et comprend:

  • Appel de service une fois par an

  • Inspecter le fonctionnement de la vanne de régulation

  • Graissage du piston central

  • Vérification des phases de régénération

  • Vérifier la fonction de flotteur de sécurité

  • Ajoutez un nettoyant pour résine pour assainir le système

  • Testez la dureté de l'eau

  • Vérifier les niveaux de sel et remplir le bac à sel si sel présent dans le local








Sel pour adoucisseur d'eau


Votre adoucisseur fonctionne-t-il bien ? Cela ne dépend pas seulement de la fiabilité du spécialiste à qui vous vous adressez. La performance de votre adoucisseur est fortement influencée par la qualité du sel utilisé pour sa régénération.C'est pour cela que l'ont conseil la marque de sel : AXAL PRO, à vous de prendre la bonne décision.







Résine monosphérique

De qualité supérieure à la résine conventionnelle. Elle s'adapte aux adoucisseurs d'eau contre-courant, et contribue à la réduction de la qualité d'eau et de sel utilisé par régénération.

Cette résine optimisera la capacité d'échange de votre adoucisseur, et le rendra plus performant.







650,00 € d'économie ?

Un adoucisseur c'est un investissement. Mais, il peut s'avérer utile, afin de concrétiser vos projets.

Les études ont prouvé que les économies annuelles grâce à l'adoucisseur s'élèvent jusqu'à 650 €, il est donc rentabilisé en 2 à 3 ans. Au-delà de cette période, ces économies vous permettront d'utiliser cet argent dans d'autres projets qui vous tiennent à coeur :)



Une étude menée en Amérique par l'institut indépendant Battelle Memorial , un centre de test et de recherche pour le développement scientifique et technologique appliquée indépendant, corrobore les conclusions d'Aqua Belgica. Cette étude a été menée en 2009 sous la direction de la Water Quality Research Foundation (WQRF).

Savons et détergents

Une famille moyenne utilise par an pour €420 produits de savon : 186 euros pour le nettoyage et l’entretien et 234 euros pour les produits de soins corporels. L’utilisation d’un adoucisseur d'eau peut réduire la consommation totale de détergents jusqu’à 50%, soit une économie de 210 euros. L’absence de calcaire dans l'eau adoucie a un effet significatif sur la consommation de détergents qui sont moins utilisés. En outre, les adoucissants pour lessives, produits anticalcaires et autres ne sont plus nécessaires pour le nettoyage.


L’étude de Batelle a montré que pour enlever une tache avec de l’eau froide adoucie la moitié de détergent, par rapport à la quantité utilisée avec de l’eau dure, est suffisant pour obtenir un résultat semblable.

L’eau douce permet en d’autres termes une utilisation réduite de détergents et a un effet d’économie d’énergie puisque des températures plus basses au lavage donnent un même résultat.

Consommation d’énergie

Les chiffres de l’Institut National de Statistiques nous montrent qu’un ménage moyen dépense 419 euros par an pour de l’eau chaude. Grace à l’utilisation d’un adoucisseur d’eau il n’y a plus de dépôts de calcaire dans les appareils ménagers où circule de l’eau chaude. Ceci permet une économie de 15%, soit un total de 63 euros.


L’étude de Batelle démontre également qu’un adoucisseur d’eau permet aux appareils qui réchauffent de l’eau ou qui fonctionnent à l’eau chaude de garder leur efficacité. Il a été constaté que les récipients de stockage des chaudières à gaz maintiennent une efficacité optimale durant 15 ans. L’eau dure par contre fait baisser l’efficacité de 48%.


La durée de vie des boilers électriques est également prolongée. Puisqu’il n’y a plus de calcaire dans l’eau, celui-ci ne peut plus former de dépôts dans le boiler. Ces dépôts ont un effet négatif sur l’efficacité des boilers. Selon le Batelle Institute les boilers électriques qui ne fonctionnent pas à l’eau douce « voient la durée de vie de l’élément chauffant diminuée à cause des dépôts calcaires qui augmentent la température de l’élément».


Remplacer les appareils

L’utilisation de l’eau douce permet aux pommeaux de douche de garder tout leur éclat ainsi qu’une circulation totale. Les robinets qui utilisent de l’eau douce continuaient à bien fonctionner pendant l’étude, comme au jour où ils ont été placés.

Les pommeaux de douches qui utilisaient de l’eau dure perdaient jusqu’à 75% de leur capacité de débit en moins de 18 mois. Les robinets qui utilisaient de l’eau dure ne parvenaient pas à maintenir leur capacité de débit de 5 litres par minute à cause de dépôts calcaires dans les tamis. Les tamis des robinets qui utilisaient de l’eau dure étaient pratiquement bouchés au bout de 19 jours de test.


Dans l’étude nous avons fait tourner des lave-vaisselles et des lave-linges pendant 30 jours à raison de 240 programmes complets. Certains avec de l’eau douce d’autres avec de l’eau dure. Les appareils qui fonctionnaient à l’eau douce n’avaient pour ainsi dire pas de traces de dépôts calcaires. Comme mentionne le rapport : les appareils semblaient comme neuf après les avoir frottés avec un chiffon. Les appareils qui utilisaient de l’eau dure ont dû être nettoyés et l’intérieur détartré suite aux dépôts et à la sédimentation.


Un ménage moyen dépense 200 euros par an pour l’entretien et le remplacement de la robinetterie, canalisation et appareils fonctionnant à l’eau chaude. L’utilisation de l’eau douce ne requiert plus d’entretien des robinets et des canalisations et les appareils qui fonctionnent à l’eau chaude ne devront plus être remplacés aussi vite. Cela permet une épargne annuelle de 200 euros.

Vêtements

Non seulement nous constatons une durée de vie prolongée pour les appareils électriques, mais aussi les vêtements et linges tiennent plus longtemps quand on utilise de l’eau douce pour le lavage. Laver à l’eau douce évite le dépôt de calcaire sur les fibres.

Tenu compte du fait qu’un ménage moyen dépense 1.182 euros par an pour des vêtements et du linge de maison, une épargne de 177 euros (15%) est possible sur les vêtements puisqu’il n’y a pas d’usure prématurée.

Conclusion : l’épargne globale

Si on additionne tous les postes d’épargne mentionnés ci-dessus, un ménage peut économiser jusqu’à 650 euros par an grâce à l’utilisation d’un adoucisseur d’eau. Grâce à la diminution de sa consommation en énergie et en détergents ainsi que les produits anticalcaires et savons, le consommateur contribue à un respect pour l’environnement. De plus les appareils qui fonctionnent à l’eau douce ont une durée de vie prolongée et devront être remplacés moins vite.

21/03/2011 - copyright: www.aquabelgica.be








L'eau douce a meilleur goût

  • Meilleur café et thé - Une tasse de thé ou de café est principalement composée d'eau et pendant le processus de brassage, des centaines de composés sont libérés pour fournir cette boisson. Malheureusement, le chlore et la dureté peuvent vous priver de cette expérience.

  • Nourriture de meilleure qualité - Lorsque les fruits et légumes sont cuits dans l'eau, les niveaux de calcium dans l'eau influenceront sa texture. Assurez la meilleure qualité alimentaire pour vous et vos enfants en commençant par votre eau.

  • Verres transparents - Les détails comptent. Les verres qui scintillent vous laisseront une belle impression ainsi qu'auprès de vos invités.








Source Wikipédia


Adoucissement de l'eau

L'adoucissement de l'eau est un procédé de traitement initialement destiné à réduire la dureté de l'eau (due à la présence des sels alcalino-terreux : carbonates, sulfates et chlorures de calcium et de magnésium).

Cette opération entre parfois dans le cadre de l'épuration physico-chimique de l'eau où elle peut accompagner d’autres modalités de traitement de l'eau (filtration, désinfection, dénitratation, dénitrification, traitement des pesticides) en vue de sa distribution comme eau potable ou pour des usages techniques nécessitant une eau déminéralisée.

D'autres techniques d'adoucissement ont vu le jour ces dernières années, par exemple les adoucisseurs au CO2 et les adoucisseurs magnétiques. Les résultats obtenus sont sujets à controverses. L'adoucissement supposé obtenu par ces méthodes ne repose pas sur une diminution du TH lui-même mais permet de lutter contre ses désagréments.


Mesure de la dureté de l'eau

La dureté de l'eau ou titre hydrotimétrique (TH) s'exprime en degrés français (°f) ou en ppm, et mesure la quantité de carbonates de calcium et de magnésium en solution dans l'eau. Il ne faut pas la confondre avec le pH qui est le potentiel hydrogène qui mesure l’acidité ou la basicité d'un liquide. La dureté de l'eau varie d'une ville à l'autre selon les points de captage pour la production d'eau potable1.

L'eau est dite « douce » en dessous de 15 °f et « dure » ou « chargée » au-delà de 25 °f (voir la plage de valeurs du titre hydrotimétrique).

Les normes NF proposaient un réglage entre 12 °f et 15 °f en TH résiduel. Aujourd'hui les normes CE n'imposent aucun réglage. Les professionnels de l'adoucissement recommandent un réglage entre 8 °f et 10 °f . Il est par ailleurs déconseillé (pour l'usage domestique) de descendre à 0 °f, bien que dans certaines régions, comme le Massif central, l'eau soit naturellement très douce (avoisinant 0 °f). L'eau adoucie n'est pas une eau naturellement douce.


Enjeux, intérêt et limites

Les eaux modérément calcaires, à la différence d'autres eaux très minéralisées, ne sont pas toxiques, mais elles posent des problèmes de biofilms, de colmatage de conduites d'eau, tuyauteries et matériels domestiques (chaudières, machines à laver, fers à repasser, etc.) et lavent un peu moins bien les textiles (car moussant moins).

Une eau trop déminéralisée peut inversement poser des problèmes toxicologiques et écotoxiques induits par la solubilisation de métaux toxiques (par exemple en présence de tuyauteries anciennes en plomb ou de soudures contenant du plomb source de saturnisme) et de corrosion accélérée de certains tuyaux ou contenants.

La présence dans l'eau de certains adjuvants (même à faibles doses) peut inhiber certains procédés d'épuration physico-chimiques de traitement et d'épuration d'eaux, dont la décarbonatation (pour le cas d'adjuvants lessiviels par exemple).

Au niveau santé, une légende persistante est véhiculée, principalement par les installateurs, indiquant que la consommation d'eau potable calcaire, également appelée eau dure, est nocive pour la santé. Cette affirmation est totalement fausse comme le démontrent les recherches du CNRS qui indiquent que, pour une personne en bonne santé, la consommation de ce type d'eau potable est sans danger. Toutefois, des désagréments liés à l'utilisation peuvent apparaitre pour des eaux trop dures, telles que l'inefficacité des détergents et la stérilisation des sols. Mais si l'eau est trop douce, elle favorise la corrosion des canalisations dégradant, de facto, la qualité de l'eau.

Adoucisseur à résine

Un adoucisseur à résine, technique traditionnelle, fonctionne grâce à des billes de résine sur lesquelles sont fixés des ions sodium (Na+). Les ions calcium (Ca2+) de l'eau dure sont échangés lors de leur passage sur la résine par des ions Na+. Lorsque tous les ions Na+ de la résine sont consommés, il faut régénérer l'adoucisseur. On lui apporte alors une solution saturée en sel (chlorure de sodium NaCl) riche en ions Na+. De leur côté, les ions Ca2+ sont évacués à l'égout avec les eaux de rinçage. Si l'appareil est correctement réglé, il est ajouté 4,6 mg/L de sodium pour 1 °f de dureté enlevé.

La déminéralisation sur échangeur d'ions, qui peut se faire en plusieurs phases et qui est aussi utilisée pour divers types d'épuration d'eaux industrielles7,8.

À chaque étape du processus, de l'eau est rejetée à l'égout, environ 10 % de l'eau consommée pour certains appareils, 8 à 9 % pour d'autres ce qui entraîne une consommation supplémentaire. Les adoucisseurs « nouvelle génération » sont plus économes en eau rejetée (2,8 %) comme les adoucisseurs sans électricité à régénération instantanée.

En sortie d'appareil, un régulateur de dureté va permettre le bon rééquilibrage du taux de calcaire. Certains modèles utilisent une alimentation électrique, d'autres utilisent la dynamique de l'eau pour entrainer les rouages dentés présents dans les deux modèles. Il faut prévoir l'apport régulier de sacs ou de blocs de sel pour alimenter ces appareils. Les sacs de sel, vendus généralement par 25 kg, ont l'avantage d'être plus économiques que les blocs et pas exclusifs au fabricant de l'appareil. Les blocs sont généralement exclusifs à une marque et ont un coût plus élevé pour un traitement équivalent.

L'entretien chaque année, par désinfection, de ces appareils est très important pour éviter les risques réels de prolifération des bactéries. L'entretien permet également d'entretenir et vérifier le bon fonctionnement des rouages dentés. En effet un blocage du mécanisme peut provoquer un mauvais traitement de l'eau (qui peut entrainer une augmentation du taux de calcaire dans l'eau ou une augmentation du taux de sodium dans l'eau), ou une perte d'eau si le système est bloqué en mode régénération des résines.

Un filtre est également très conseillé avant l'adoucisseur qui lui aussi devra être entretenu. Le filtre limite le dépôt des sédiments dans les résines de l'appareil.


Effet du sodium sur la santé

L'adoucissement de l'eau par un adoucisseur à résine augmente la teneur en sodium de l'eau. Certains estiment que cette augmentation de la teneur en sodium n'est pas à considérer comme suffisante pour empêcher la consommation de l'eau adoucie. Toutefois, l'OMS veut réduire de 30 % la consommation de sel de la population mondiale avant 2025, et l'augmentation de la quantité consommée est jugée néfaste pour la santé, en particulier pour le système cardio-vasculaire. Certains installateurs conçoivent un circuit d'eau indépendant de l'adoucisseur pour l'eau potable à boire pour pallier cet inconvénient.

Il faut enfin noter que la norme européenne impose un taux de sodium dans l'eau potable inférieur à 200 mg/L. Des tests doivent donc être effectués après la mise en place d'un adoucisseur pour valider son réglage et que le taux de sodium ne dépasse pas cette limite. Ce taux de sodium est à mettre en face des taux que l'on peut rencontrer dans les eaux en bouteille, par exemple :


Il conviendra donc de vérifier le taux de sodium mesuré par les analyses et de décider en conséquence si l'on souhaite ou peut, en fonction de sa santé, boire l'eau en sortie d'un adoucisseur.


Adoucisseur par filtration et par cristallisation

Un adoucisseur sans sel par filtration et cristallisation fonctionne sans ajout de produit dans l'eau. Ce procédé permet de transformer le calcium du stade de calcite en aragonite, par un passage de l'eau sous pression dans de la roche volcanique et du charbon actif. Ce procédé permet d'effectuer un dégazage de l'eau en enlevant le CO2, qui est l'élément nécessaire à la formation du tartre. L'aragonite est composée de cristaux de carbonate de calcium de forme géométrique régulière (aiguilles par exemple), avec un faible pouvoir d'accrochage. Ce principe agit donc sur la forme géométrique de cristallisation et assure une moindre adhérence. En effet les éléments de calcite transformés en aragonite s'enchevêtrent et forment un bloc plus volumineux.

C'est pourquoi les canalisations et équipements électroménagers n'ont plus de problème de tartre. L'aragonite est sous une forme de calcaire assimilable par l'homme. Ce procédé, dit d'adoucissement doux, permet de ne pas dénaturer l'eau, sans ajout de composé chimique et permet d'obtenir une eau excellente à boire, débarrassée des mauvais goûts. Les circuits d'eau chaude munis de ces appareils vont renfermer les blocs d'aragonite qui, entraînée dans le circuit de distribution d'eau, aura tendance à se déposer dans les réchauffeurs d'eau et les points bas de l'installation. À ces emplacements est souvent prévu un purgeur pour assurer l'enlèvement des blocs, appelés aussi boues calcaires. La fréquence des interventions de nettoyage (purge) dépend de la dureté de l'eau traitée et du volume d'eau utilisée.

Ce système ne nécessite ni électricité ni CO2 pour fonctionner, et ne rejette pas d'eau comme les adoucisseurs à sel. Il est tout de même nécessaire de changer l'ensemble du filtre composé de roche volcanique et du charbon actif régulièrement pour assurer une transformation suffisante et éviter une contamination de l'eau par les sédiments déposés dans le filtre. L'efficacité du filtre et donc du traitement est difficile à mesurer. La mesure d'efficacité doit se faire par un laboratoire d'analyse d'eau.


Adoucisseur au CO2

Un adoucisseur au CO2 est un appareil qui injecte du dioxyde de carbone dans l'eau de façon proportionnelle au débit. Ce CO2 va entrer en réaction avec l'eau et le calcaire, donc les carbonates de calcium et magnésium, en transformant ceux-ci en bicarbonates de calcium et magnésium, solubles dans l'eau, tout ceci sans déminéraliser l'eau. Bien réglé, tous les carbonates, et donc le calcaire, sont transformés. Il n'y a donc plus de calcaire dans l'eau et tous les minéraux sont conservés. L'eau devient totalement douce, respecte la peau, la santé et les installations. Le dosage du CO2 permet de régler avec précision le pH de l'eau en le rendant plus neutre (7,0).

À la différence du système à résine ou à filtre, l'eau ne stagne pas (donc moindre risque bactériologique) et ne contient pas de sodium (composant du sel), généralement mauvais pour la santé et corrosif.

Ce système ne nécessite pas de régénération et ne provoque ni rejet ni surconsommation. Une alimentation électrique est nécessaire pour le fonctionnement. Il faut prévoir le remplacement de la bouteille de CO2 pour un volume de 100 m3 d'eau traité. Une famille de quatre personnes consomme en moyenne 150 m3 d'eau. Les minéraux sous forme de bicarbonates sont nécessaires aux différents éléments de notre corps et qui garantissent l'équilibre de notre organisme ce qui n'est pas le cas des carbonates, ne s'incrustent pas et ne se transforment pas en tartre.


Décarbonatation de l'eau

C'est l'une des formes d'adoucissement de l'eau (et la plus commune). Elle vise à rendre l’eau moins calcaire en y prélevant les carbonates. Cette opération peut se faire en amont (« adoucissement centralisé » au niveau de l'usine de potabilisation ou dans l'unité de pompage, pré-traitement et distribution) ou en aval (chez le consommateur).


Adoucisseur à polyphosphates

L'adoucisseur à polyphosphates contient des cristaux de polyphosphates dans une cartouche. Ces derniers vont se fixer sur le calcaire et diminuer ainsi sa capacité à se fixer dans les canalisations. Le calcaire neutralisé par le polyphosphate n’interagit plus avec la lessive.

L’adoucisseur d'eau au polyphosphate n'enlevant pas le calcaire de l'eau, ce dernier se dépose toujours sur les parois de douches et sur la robinetterie.


Adoucisseurs magnétiques et électromagnétiques

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution

Les adoucisseurs magnétiques et électromagnétiques reposent respectivement sur la formation d'un champ magnétique et sur l'émission d'ondes électromagnétiques de très faible intensité. Leur efficacité est très mauvaise. Certains systèmes électromagnétiques peuvent rendre l'eau douce par micronisation des composants calcaires en aragonite, phase non incrustante de la calcite. Ils peuvent modifier les ions fer en inhibant la corrosion des métaux. Pouvant même détartrer les tuyauteries et équipements, les émissions électromagnétiques se propagent dans l'eau et peuvent parcourir de longues distances. Sur le réseau d'eau potable, une commune espagnole équipée d'un appareil électromagnétique anti-calcaire a pu faire tester le signal électromagnétique ayant pu atteindre jusqu'à dix-sept kilomètres. Certains appareils peuvent réduire considérablement le risque microbiologique présent dans les canalisations et conduites d'eau par suppression des biofilms avec diverses explications, micro-peroxydation de l'eau, moins d'affinités dans le milieu pour le biofilm, tuyauterie moins calcaire présentant moins d'habitats ou de cache pour leur développement cellulaire permettant de les arracher du milieu par simple débit de l'eau.

Wikipedia source.